Crise d’adolescence : comment communiquer avec les jeunes ?

Beaucoup nie que l’adolescence est une phase d’apprentissage. D’autres n’hésitent pas à pointer du doigt que les conduites liées sont juste des caprices de plus. Comment alors éviter un débordement dans une crise d’adolescence ?

L’adolescence est une période déterminée ou on ne peut pas appréhender les effets ni les incidences. Selon les psychologues c’est une phase ou l’enfant en question apprend et change. C’est en effet un procédé obligatoire dans la vie de tout être humain. N’oubliez pas que l’adolescence est différence de la jeunesse. Ce dernier est en quelque sorte un état d’esprit ou il n’y a pas de limite temporelle. Alors que l’adolescence est limitée jusqu’aux périodes où le sujet a réussi sa construction identitaire. Quelques conseils s’imposent pour que cette crise d’adolescence ne crée pas des dégâts chez l’adolescent.

Communication : la base pour gérer la crise

Dans la période d’adolescence, le jeune en question est en phase de changement physique de façon brusque. Les spécialistes annoncent que le jeune a besoin de rompre ses désirs, ses idéaux et ses modèles d’identification dans cette phase là. Aux parents donc de savoir raccommoder ses valeurs avec celle que veut l’adolescent.

Espace personnel de l’adolescent : à respecter et à élargir

L’adolescence est connue comme une phase de changement, ainsi il est tout à fait notoire que le jeune sera tenté par la recherche d’autres sources d’intérêts et de plaisir. Or, les parents perçoivent cette phase comme une rupture. Mais pour le jeune, mettre une distance assez symbolique est vital pour son épanouissement.

La gestion d’une crise d’adolescence va de soi pour les deux sujets. C’est à partir de ce moment que le jeune va élargir ces cercles à part le milieu familial. Les sujets délicats à partir de cette phase sont l’amour et la sexualité. Pour éviter de s’effriter avec votre enfant, le respect de son intimité est primordial tout comme le fait de ne pas le forcer à faire des choses à l’encontre de sa volonté (visite forcée chez le gynécologue par exemple).

Compréhension et dialogue : pour une bonne gestion des crises

Les parents ont tendance à oublier que même si les enfants sont de leur chair, il est légitime qu’ils aient leurs propres caractères et leurs propres valeurs. C’est dans la phase d’adolescence qu’ils vont découvrir ces aspects. Le mieux est de favoriser les dialogues loin des réprimandes.

Patience et fermeté : comment faire ?

Dans ce processus de changement, le jeune sera exposé à des phénomènes superflus de la mondialisation ou il sera vulnérable. « Les bêtises » peuvent dans ce cas s’accumuler. Les psychologues préconisent donc un comportement ferme et patient tout en évitant d’être hermétiques ! Là est le piège, il faut écouter jusqu’au bout ses arguments même si vous n’allez pas céder !

Rassurer l’adolescent : une étape importante

Scientifiquement, la période de l’adolescence provoque une fragilité intellectuelle et une vulnérabilité affective. Il va ainsi peut-être cumuler : échec scolaire, état dépressif, repli sur soi. C’est dans ce moment-là que vous devez les rassurer que c’est passager. Évitez également les effritements inutiles si l’enfant est maladroit, mal à l’aise. Car ce genre de dialogue va le faire encore plus de mal.