Patokh Chodiev : sa contribution à la charité

L'homme d'affaires de nationalité belge et russe Patokh Chodiev a bâtit sa fortune dans les minerais, le pétrole, le gaz et le secteur financier. Via sa fondation il contribue à des nombreuses œuvres de Charité.
Patokh Chodiev

La “Fondation internationale Chodiev” a pour but non seulement d’aider les résidents de l’Ouzbékistan, de la Russie, du Kazakhstan et d’autres pays, mais aussi de vulgariser la culture japonaise. L’homme d’affaires et fondateur de la Fondation internationale Chodiev, Patokh Chodiev, avec son exemple, montre de quelles actions le monde a besoin, et particulièrement, comment le propriétaire d’une si grande fortune doit vivre correctement.

L’homme d’affaires est certain que la cause de l’existence de chaque organisme de bienfaisance est que cela marche vraiment et ne recueille pas uniquement les demandes d’aide et répond aux appels téléphoniques.

Patokh Chodiev: Fondation internationale Chodiev

Après avoir obtenu son diplôme avec mention de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou, Patokh Chodiev a continué à entretenir des liens avec des représentants de l’Université. En 1996, il décide de créer une fondation de charité, qui devait aider son alma mater à réaliser son plein potentiel. Juste à ce moment-là, MGIMO traversait des moments difficiles, elle était au bord de faillite. Et le financement par la fondation est devenue un véritable salut.

Le premier projet de la FIC a été de créer un programme de bourses et de prix pour reconnaître les réalisations académiques des étudiants de MGIMO. L’aide de la fondation comprenait ensuite un programme de bourses. Les paiements ont permis aux étudiants talentueux qui ne peuvent payer leurs études de manière indépendante de poursuivre leurs études.

Le travail de la “Fondation Internationale Chodiev” ne s’en est pas arrêté là. Inspiré par l’effet de l’assistance qui était apportée au MGIMO pendant les années à venir, la Fondation a commencé à financer des écoles, des orphelinats et des hôpitaux kazakhs. Au départ, l’organisation, dirigée par Patokh Chodiev, n’a distribué de l’aide que pour financer des projets au Kazakhstan et en Russie, puis s’est déplacée vers d’autres pays progressivement. Ainsi, la Fondation internationale Chodiev est devenue plus célèbre et a gagné beaucoup de membres qui partageaient les mêmes idées dans ses rangs, qui depuis longues années ont aidé la FIC à mettre en œuvre des projets de charité à grande échelle dans des directions différentes.

Patokh Chodiev pense que sa passion de longue date pour la FIC peut s’expliquer par une déclaration attribuée à l’ambassadrice de bonne volonté des Nations unies, Angelina Jolie : “Après avoir débuté mon activité de charité, mon rôle de star de cinéma a commencé à me paraître idiotique. Patokh Chodiev ne considère pas ses projets comme stupides, ils sont toujours aimés de lui, au contraire. Il est convaincu que si une personne a commencé à s’engager dans la charité, elle ne pourra pas s’arrêter. Cependant, le philanthrope a trouvé son juste milieu. Il accorde aussi attention aux projets d’entreprise et de charité”.

Les projets les plus célèbres

Au cours de l’année 2002, la FIC a aidé à reconstruire l’orphelinat à Moscou, puis a collaboré avec un centre de réadaptation pour les enfants (Fondation de charité du futur régional d’Odessa), offrant des traitements aux enfants atteints de paralysie cérébrale.

En plus de projets éducatifs et humanitaires, portés par l’amour profondément enraciné de Patokh Chodiev envers la culture et la langue japonaises, la Fondation internationale Chodiev a développé une large gamme d’activités interculturelles entre le Japon et la Russie. Ils ont commencé par le parrainage d’événements culturels comme le Festival de musique de Chostakovitch à Tokyo, en 1998, et l’événement dédié à l’élaboration d’un accord entre la Russie et le Japon en 2000. La Fondation internationale Chodiev est devenue partenaire et a organisé un grand nombre d’événements culturels au Japon, et a aussi fourni une grande assistance pour mener des études internationales et permettre des programmes éducatifs pour les meilleurs étudiants de MGIMO ayant déménagé au Japon.

Depuis 2009, la Fondation internationale Chodiev est le sponsor principal du Festival annuel populaire de la culture japonaise contemporaine en Russie, J-Fest. Depuis l’année 2015, la Fondation internationale Chodiev a parrainé les Journées de culture russe au Japon, ayant réuni plus de 900 experts culturels de Russie.

L’étape très importante vers le Japon a été d’acheter les kimonos Itchiku Kubota par l’homme d’affaires kazakh. En 2011, Patokh Chodiev a sauvé le musée Itchiku Kubota des difficultés financières et a conservé la célèbre collection de kimonos japonais. En 2013-2019, la Fondation Internationale Chodiev a organisé des expositions de kimonos dans 14 pays.